afertes
 
Présentation | Formation initiale | Formation continue - VAE | Centre de Ressources | Publications - Conférences | Vie étudiante | Contact
 
 
Publications ici et ailleurs
Conférences de l'Afertes
Genres, sexualités et travail social
Présentation
Interventions
Conclusion
Outil éducatif
Nous n’irons plus à Lhassa
Bibliographie
Conférence

 

Genres, sexualités et travail social : Pourquoi ce dossier ?


Aborder de façon explicite, thématisée et régulière la question de la sexualité dans la formation des travailleurs sociaux a d’abord une sorte d’évidence : cette question est incontournable depuis longtemps dans le champ de l’inadaptation, et elle l’est devenue plus récemment dans le champ du handicap, en regard aussi bien de l’évolution des pratiques (mixité, sexualité de plus en plus reconnue dans les institutions, accompagnement à la vie affective et sexuelle) et de l’évolution juridique (loi 2002-2, déclarations de l’OMS etc.).
Par ailleurs plusieurs textes, en particulier de l’Education Nationale, font obligation aux organismes de formation d’aborder cette question régulièrement au cours de la formation des élèves et des étudiants.

Mais il y a aussi des raisons encore plus actuelles qui justifient cette référence à la sexualité dans la formation des travailleurs sociaux. Car ces questions sont aujourd’hui l’objet de profondes transformations dans le champ social, dans le champ idéologique et dans le champ théorique : le féminisme, les mouvements de revendication de l’homosexualité, le mouvement LGTBIQ (Lesbiennes, Gays, Trans’, Bis, Intersexes, Queers), les Gender et les Queer Studies dont de nombreux textes sont maintenant traduits, reflètent une transformation profonde des pratiques et des représentations des « identités de genre », (« féminin », « masculin », ou « autre »), et des conceptions de la sexualité qui y sont articulées.


Ne pas se tenir à l’écart de ces questions
Dans ce contexte, il n’est plus possible pour un professionnel du secteur sanitaire et social, de se tenir à l’écart de ces transformations et de continuer à aborder ces questions comme si de rien n’était, depuis des « valeurs », des expériences et des représentations seulement « personnelles » non interrogées. Ce contexte est, au contraire, l’occasion, voire la nécessité, de construire des approches non normatives de la vie affective et sexuelle, selon une éthique qui permette aux professionnels d’être autre chose que des agents de la norme comme on le croit souvent.

Il s’agit donc dans ce dossier issu d’un séminaire thématique (février 2012)


A cet effet, ce dossier mobilise :

  • des références théoriques : le rapport entre sexe et pouvoir, les enjeux du féminisme, de l’histoire de l’homosexualité, de l’hétéronormativité, de la domination masculine, de la transidentité, de l’intersexualité, les travaux qui traversent aujourd’hui la philosophie, l’anthropologie, la sociologie, la littérature, parfois la psychanalyse : comment penser ces questions aujourd’hui ?

  • des références sociales : information et réflexion sur les pratiques sexuelles non normatives ou non conformistes, les pratiques actuelles de la censure, des médias, les alternatives littéraires ou filmiques à la pornographie industrielle et commerciale : quels savoirs constituer sur ces questions aujourd’hui ?

  • des références professionnelles : comment être acteur, « éducacteur », de transformations des questions de genre et de sexualité dans les pratiques éducatives, pédagogiques ou thérapeutiques ? Pourquoi et comment construire des alliances et des partenariats sur ces questions? Quel savoir-faire acquérir en matière de questions de genre et de sexualité ?

  • Produire du savoir avec les acteurs concernés
    Dans ce domaine encore plus qu’ailleurs, il s’agit aussi d’être au plus près de la philosophie de la pédagogie mise en œuvre chaque fois que possible à l’Afertes, dans la construction du savoir selon la méthode inductive et non seulement déductive, en donnant la parole aux acteurs de ces transformations, aussi bien sur le plan théorique ou discursif que sur le plan biographique.
    Ce dossier cherche aussi à favoriser des partenariats régionaux ou nationaux croisant ces questions, en particulier en ouvrant le séminaire au « grand public » sous forme de conférence-débat sur « l’accompagnement sexuel » (conférence filmée, disponible sur la rubrique « Conférences de l’Afertes »).

    On trouvera aussi dans ce dossier une importante présentation du fonds bibliographique et filmographique consultable au Centre de Ressources Documentaires de l’Afertes.

    Ce dossier comprend donc :
  • la présentation argumentée ;
  • la liste des intervenants, accompagnée de l’enregistrement audio de leur intervention ;
  • une « conclusion » temporaire, produite à l’issue du séminaire ;
  • la présentation d’un outil éducatif, faisant suite à ce séminaire, travail produit avec l’aide d’Etienne Liebig et publié ici sous le titre « Nous n’irons plus à Lhassa » ;
  • le texte « Nous n’irons plus à Lhassa » ;
  • la bibliographie et la filmographie disponibles au Centre de Ressources Documentaires de l’Afertes ;
  • la conférence filmée « De l’éducation (spécialisée) à la sexualité (spécialisée ?) – et retour ».

    Didier Andreau; Dorothée Briffaut; Patrice Desmons; Sabine Fombelle; Abderhamane Koudjil; Marylise Lamarche (Formateurs à l'Afertes)


    Afertes - 2012
     





  •  
     
    Accueil | Présentation | Formations | Centre de Ressources | Publications - Conférences | Vie étudiante | Contact