afertes
 
Présentation | Formation initiale | Formation continue - VAE | Centre de Ressources | Publications - Conférences | Vie étudiante | Contact
 
 
Publications ici et ailleurs
Conférences de l'Afertes
Genres, sexualités et travail social
Présentation
Interventions
Conclusion
Outil éducatif
Nous n’irons plus à Lhassa
Bibliographie
Conférence

 

Genres, sexualités et travail social :
Un "exemple" d'activité éducative sur la vie sexuelle et affective

Dans le cadre d’un atelier de « commandes sociales » destinées aux étudiants de troisième année, ayant participé en deuxième année au séminaire « Genre, sexualité et Travail Social », un groupe d’étudiants de l’Afertes s’est constitué, en partenariat avec l’association «Colères du présent » (Université Populaire), et avec Etienne Liebig, éducateur spécialisé, chef de service et écrivain sur l’idée d’ « écriture et sexualité ».

Etienne Liebig a publié récemment « L’utilité politique des Roms » (Editions Michalon), et « Comment draguer la militante » Editions La Musardine.

Ce travail d’atelier d’écriture a conduit les étudiants à la rédaction de textes « personnels », depuis une trame construite en commun, textes qui pouvaient être érotiques ou théoriques (on peut remarquer au passage que ces deux mots sont l’anagramme l’un de l’autre, seul l’h supplémentaire faisant passer d’érotique à théorique)…

Etienne Liebig, comme son nom l’indique, s’est chargé de mettre en (hors d’) œuvre ces ingrédients, en y ajoutant la sauce qui en fasse le liant.

On peut lire un des effets de cet atelier d’écriture dans le texte publié ici sous le titre « Nous n’irons plus à Lhassa ».

Cette dynamique nous paraît intéressante à plus d’un titre et pourrait inspirer les éducateurs spécialisés et plus généralement les institutions du secteur sanitaire, social et pédagogique : on peut favoriser l’expression d’une personne ou d’un groupe sur les questions de sexualité, par le biais de la fiction dont on sait qu’elle est parfois plus « vraie » que la « réalité ».

Le fiction (et en particulier la littérature) peut être mobilisée soit pour refouler (ou « sublimer », dit-on…) et alors (psy)canaliser cette chose là (le « sexuel »), soit pour épanouir les mots de chacun là où, le plus souvent, cela reste sans voix – et du même coup sans voie…

C’est avec cela que chaque professionnel doit faire.

Ici, cet exemple montre que l’alliance entre expression littéraire et expression érotique individuelle et collective, permet cet épanouissement et son partage, y compris ludique, et qu’une parole « sexuelle » est possible facilement, sans protocole ni recours à des références ou des référents « spécialistes » qui tendent à dramatiser les enjeux autour de la sexualité.

Ce texte n’est en aucun cas un « modèle », il est un exemple d’une action « éducative » utilisable facilement et légèrement, où les mots du sexe trouvent leur place qui les sorte du « non-lieu » où ils sont habituellement confinés…

C’est en ce sens une bonne « nouvelle ».

Ont participé à cet atelier :
  • Gaëtan Beaurain
  • Marie Duchâtelet
  • Agathe Husson
  • Lina Pereira
  • Steve Sotiere


  • Résumé :
    D’étranges disparitions dans une institution sociale conduisent un « contrôleur des institutions publiques » à enquêter…et à disparaître à son tour. Un juge mène l’enquête et se transporte même dans l’institution pour finalement lever le voile – non sans lui-même être aspiré dans d’irrésistibles désirs…

    Où l’on voit que les murs des institutions ont des oreilles, et que mieux vaut, parfois, s’informer de l’histoire pour comprendre les histoires – surtout en matière de sexualité.

    Les lecteurs que cette nouvelle décontenancerait pourront se reporter à la nouvelle d’Edgar Poe « La lettre volée » (in Nouvelles histoires extraordinaires), et du commentaire qu’en fait Jacques Lacan (in Ecrits chapitre 1), et du commentaire de ce commentaire par Jacques Derrida : « Le facteur de la vérité » (in « La carte postale »). Ils s’y retrouveront peut-être, avant à leur tour d’être emportés (à Lhassa ou ailleurs)…


    Exercices proposés pour les étudiants éducateurs spécialisés
    (préparation au DEES…) :
     
    DF1 :
  • vous soulignerez, dans cette nouvelle, les techniques des différents personnages pour « instaurer une relation » et la manière d’inscrire celle-ci dans une démarche éthique ;

  • une personne handicapée apparaît au détour de cette nouvelle : vous en analyserez le handicap et détaillerez les traits de personnalité, en les articulant aux classifications internationales ;

  • vous établirez la liste des personnes hétérosexuelles, homosexuelles, bisexuelles, transsexuelles, voire « queer », et vous qualifierez chaque personne en quelques lignes, sans éviter l’aspect sexuel. Vous en tirerez une conclusion. (coefficient 2)


  • DF2 :
    vous analyserez les raisons pour lesquelles un projet éducatif peut être désorienté par l’histoire des murs d’une institution , et vous en ferez l’évaluation. (coefficient 2)

    DF3 :
    vous réfléchirez sur l’importance du travail d’équipe entre un directeur et son secrétariat, ou entre un juge et sa greffière, et vous définirez les modes de communication qui peuvent parfois traverser ce travail d’équipe. Vous en analyserez les inconvénients et les avantages. (coefficient 1)

    DF4 :
    vous mettrez en évidence l’importance du travail de réseau et de partenariat pour résoudre certaines énigmes institutionnelles, et l’intérêt de mobiliser dans ce contexte les références juridiques, mais aussi les limites de celles-ci. (coefficient 1)


    Afertes - 2012
     





     
     
    Accueil | Présentation | Formations | Centre de Ressources | Publications - Conférences | Vie étudiante | Contact